Venezuela : Maduro largement réélu au terme d’un scrutin très contesté

Le président sortant aurait remporté, dimanche, près de 70 % des suffrages. Mais son principal concurrent et l’ensemble de l’opposition dénoncent une farce électorale.
Le socialiste Nicolas Maduro a été réélu à la présidence du Venezuela, a annoncé, dimanche 20 mai, la commission électorale, après que le principal concurrent du président sortant a dénoncé des irrégularités et déclaré qu’il ne reconnaîtrait pas le résultat du scrutin.

Le chef de l’Etat sortant a été déclaré vainqueur de la présidentielle par l’autorité électorale, après le dépouillement de la quasi-totalité des bulletins de vote. Il remporte 67,7 % des voix contre 21,2 % à son principal adversaire Henri Falcon, qui a rejeté le processus électoral, a annoncé la présidente du Conseil national électoral (CNE) Tibisay Lucena, qui parle d’une « tendance irréversible ».

Le taux de participation – véritable enjeu d’un scrutin sans suspense – est de 46,1 %, a annoncé la commission électorale. En 2015, lors de la précédente élection présidentielle, il avait été de 80 %.

  1. Maduro, 55 ans, qui se présente comme le « fils »du charismatique Hugo Chavez, décédé en 2013, assure faire face à un complot « impérialiste » dont l’enjeu serait les ressources pétrolières vénézuéliennes. Ses détracteurs, qui se disent victimes d’une campagne de répression politique, le tiennent pour seul responsable de la ruine économique d’un pays autrefois florissant.

Un scrutin rejeté par toute l’opposition

La majeure partie de l’opposition avait appelé au boycott de l’élection, la décrivant comme le « couronnement » d’un dictateur, alors que les deux principaux rivaux de M. Maduro avaient été déclarés inéligibles.

Seul concurrent sérieux du président sortant, Henri Falcon, qui espérait que la colère des Vénézuéliens contre la crise économique lui apporterait des voix, a déclaré après la fermeture des bureaux de vote, et avant l’annonce des résultats officiels, qu’il ne reconnaîtrait pas l’issue du scrutin à cause d’irrégularités.

« Nous ne reconnaissons pas ce processus électoral, qui manque indubitablement de légitimité », a déclaré l’ancien gouverneur de l’Etat de Lara, qui a rejoint l’opposition en 2010. M. Falcon a demandé l’organisation d’un nouveau scrutin. Le troisième candidat à l’élection, le pasteur évangélique Javier Bertucci, s’est joint ensuite à cette demande.

Source: le Monde.fr