jeu. Avr 2nd, 2020

L'Etoile Filante

Informer et Éduquer

Un regard sur la vie du général Soleimani et sa lutte contre le terrorisme

4 min read

Le lieutenant-général Qassem Soleimani, qui est tombé martyr dans une attaque américaine en Irak, il a joué un rôle de premier plan dans la lutte contre les gangs terroristes.

Agence de Nouvelles d’Ahlul Bait (ABNA) : A l’aube de ce vendredi (heure locale), le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) d’Iran a confirmé le martyre du commandant des Forces Quds, le lieutenant-général Qassem Soleimani, dans une opération terroriste ordonnée par le président de la République islamique d’Iran. USA, Donald Trump, à Bagdad, capital irakienne.Avec plusieurs fusées Katiusha, les hélicoptères américains Ils ont attaqué le terminal de fret de l’aéroport international Muhammad Alaa de Bagdad, la capitale irakienne. En conséquence, deux véhicules des Unités de mobilisation populaire d’Irak (Al-Hashad Al-Shabi, en arabe) ont été incendiés, et le général Soleimani et le commandant adjoint d’Al-Hashad Al-Shabi, Abu Mahdi al-Mohandes, sont tombés martyrs.

Ensuite, nous allons jeter un œil à la vie du puissant commandant perse :

Soleimani est né en mars 1957 dans la province de Kerman, dans le sud-est de l’Iran. Après la victoire de la révolution islamique (1979), il est devenu membre du CGRI.

Au début de la guerre imposée par le régime baasiste d’Irak contre l’Iran (1980-1988), il était responsable du commandement de certaines unités iraniennes et en 1983, il devint le commandant de la 41e division de Sar Allah, dont les forces jouaient un rôle clé dans cette guerre.

Pendant les huit années de la défense sacrée, le lieutenant-général Soleimani a participé, en tant que commandant, à de nombreuses opérations importantes telles que Valfajr-8, Karbala-4 et Karbala-5, entre autres.

Après la guerre, le commandant perse puissant et influent a joué un rôle de premier plan dans la lutte contre la contrebande aux frontières orientales de la République islamique. Par conséquent, en 1998, il a été nommé par le chef de la révolution islamique d’Iran, l’ayatollah Seyed Ali Khamenei, commandant des forces Quds.

Le renforcement du Mouvement de résistance islamique du Liban (Hezbollah) et des groupes palestiniens, parmi les faits saillants de la gestion du lieutenant-général Soleimani, est particulièrement marqué par la guerre de 33 jours entre Israël et le Liban en 2006 – du Le Hezbollah a été victorieux – et la victoire des Palestiniens dans l’agression israélienne contre la bande de Gaza assiégée entre le 27 décembre 2008 et le 18 janvier 2009.

En fait, le lieutenant-général Soleimani a pu suivre efficacement la stratégie de la République islamique pour aider les groupes palestiniens dans leur lutte contre le régime d’occupation de Tel Aviv.

Avec le début des crises en Syrie et en Irak et après la demande formelle de Bagdad et Damas à l’Iran de recevoir une aide dans la lutte contre le terrorisme, le commandant perse avait une nouvelle mission : contrer la menace terroriste des bandes Takfiri telles que ISIL (Daech, en arabe) et le Front Al-Nusra (Front autoproclamé Fath Al-Sham) dans ces pays arabes.

Il a également joué un rôle de premier plan dans l’organisation d’Al-Hashad Al-Shabi – une partie des Forces armées irakiennes – et des Forces de défense nationale, une unité formée en 2012 et organisée par le président syrien, Bachar al-Asad, comme une composante volontaire de réserve à temps partiel de l’armée syrienne. Les deux luttent contre les groupes terroristes.

En fait, lui et ses forces, qui se sont rendus dans les deux pays à la demande officielle des gouvernements syrien et irakien, ont empêché la chute de Damas et de Bagdad. Il a également joué un rôle important pour la Russie, présidée par Vladimir Poutine, pour rejoindre la lutte contre le fléau du terrorisme en Syrie.

L’un des principaux objectifs des ennemis du renversement de Damas est peut-être de séparer l’Iran et le Hezbollah, mais avec la défaite de Daech avec le soutien des forces Quds en Syrie et en Irak, l’axe de la Résistance entre l’Iran a été renforcé, Irak, Syrie, Liban et Palestine.

Sans aucun doute, c’était contraire aux souhaits des États-Unis et Israël, cependant, sous le commandement du commandant Soleimani sur le champ de bataille et avec la formation de mobilisations populaires en Syrie et en Irak, ce renforcement est devenu une réalité.

Le rôle sans précédent du lieutenant-général Soleimani dans la région du Moyen-Orient et la confrontation avec les ennemis lui ont valu le titre de « commandant fantôme », « la personne la plus puissante du Moyen-Orient » et « le cauchemar d’Israël » pour partie des usa et le régime de Tel Aviv.

Pour la présence effective du commandant perse sur les lieux de la lutte contre l’EIIL et la défaite de ce complot sioniste dans la région, l’ayatollah Khamenei a accordé en mars dernier au lieutenant-général Soleimani le prix de Zulfaqar, le plus haut ordre militaire iranien. Il a été le premier militaire iranien à avoir reçu un tel ordre après la révolution islamique.

Le lieutenant-général Soleimani a notamment reçu plusieurs menaces de mort de la part des services de renseignement israéliens (le Mossad).

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.