janvier 19, 2021

L'Etoile Filante

Informer et Éduquer

S.Nasrallah : Pas d’activités du Hezbollah en Allemagne. La décision de Berlin est une soumission aux USA et à ‘Israël’

5 min read

Le secrétaire général du Hezbollah, Sayed Hassan Nasrallah, a nié toute activité de son mouvement en Allemagne, condamnant la perquisition des mosquées et les domiciles de certains libanais sous prétexte de soutien au Hezbollah, assurant que « la décision de Berlin est une soumission à la volonté des Etats Unis et vise à satisfaire Israël ».

« Le gouvernement allemand ne détient aucune preuve sur les soi-disant activités du Hezbollah sur le territoire allemand », a assuré Sayed Nasrallah, lors d’un discours, ce lundi 4 mai, retransmis par la chaine AlManar.

Et d’ajouter : « le Hezbollah n’a aucune organisation affiliée ni en Allemagne, ni en France, ni ailleurs dans le monde… Il s’agit d’une guerre psychologique qui ne nous découragera pas de continuer la voie de la Résistance ».

Ailleurs dans son discours, le numéro un du Hezbollah a abordé la crise monétaire et les derniers développements sur la scène politique au Liban.

Voici les principaux points de son discours :

Je voudrais parler de la décision allemande d’interdire les activités du Hezbollah sur son territoire, et aborder la situation monétaire et économique au Liban et les derniers développements sur la scène politique.

Une guerre psychologique

La décision allemande était prévue, elle a été précédée des mesures similaires adoptées par certains pays européens et sera suivie par d’autres. Il s’agit d’une décision purement politique de la part de Berlin qui s’est soumis à la volonté des Etats Unis et vise à satisfaire ‘Israël’.

Le Hezbollah ne possède aucune organisation affiliée ni en Allemagne, ni en France, ni ailleurs dans le monde. Lorsque nous disons que nous ne sommes pas actifs en Allemagne, nous sommes sincères. L’Allemagne n’a présenté aucune preuve sur l’implication du Hezbollah dans des activités sur son sol. Il s’agit d’une guerre psychologique visant à resserrer l’étau sur les mouvements de la Résistance dans la région.

Les Libanais en Allemagne ou dans n’importe quel pays sont partisans de la Résistance à l’occupation, et n’ont aucune relation organisationnelle avec le Hezbollah. Ils peuvent avoir des activités religieuses ou autres dans le cadre de la loi. Les perquisitions menées  par les services de sécurité dans les mosquées sont condamnées. Il n’y avait pas besoin de toutes ces pratiques brutales. Les gens accusés de soutenir le Hezbollah sont ceux qui respectent le plus la loi allemande.

Depuis plusieurs années, nous sommes parvenus à la conviction de ne pas entretenir des relations organisationnelles avec les Libanais à l’étranger pour ne pas les mettre en danger.

Les Libanais en Allemagne ne doivent pas s’inquiéter car ils n’ont pas violé la loi et ces mesures doivent être confrontées par voie légale.

Sur ce point, j’appelle le gouvernement libanais et notamment le ministère des Affaires Etrangères à  assumer leur rôle.

Enfin, je voudrais remercier les gouvernements- qui ne sont pas nombreux- les mouvements, les personnalités et tous ceux qui ont condamné la décision du gouvernement allemand. Ceci n’affectera pas notre volonté et ne nous découragera pas à poursuivre la voie de la résistance et de la lutte contre les plans hégémoniques des USA et d’Israël.

Situation économique au Liban

-Plan de réformes

Le plan de réformes du gouvernement, présenté en petit laps de temps malgré la préoccupation de tous dans a lutte contre le coronavirus est un point positif pour le gouvernement. Ce plan constitue une première étape d’un long chemin nécessitant un consensus nationale. C’est un projet portant une vision sur la base duquel il faut pouvoir discuter dans un esprit positif afin de sauver le pays.

Nous participerons à la réunion des blocs parlementaires, convoquée par le président Michel Aoun, et nous appelons à la participation la plus large pour que tout le monde puisse formuler ses remarques, pouvant aller jusqu’à des amendements à ce plan, en cas de besoin.  Toutes les parties sont invitées à traiter ce plan de sauvetage de manière positive, loin des différends politiques, afin de surmonter la crise économique. De la même manière que les Libanais avaient agi et s’étaient uni pour lutter contre le coronavirus.

Sur le principe, nous ne sommes pas contre le fait que le Liban demande une coopération ou une aide à qui que ce soit. La logique veut que le gouvernement mène des discussions pour connaître leurs conditions et leurs programmes.

-Le FMI

En principe nous ne sommes contre la demande d’assistance internationale, mais nous sommes opposés à toute soumission et capitulation au Fonds monétaire international (FMI). Le gouvernement est prêt à discuter de cette question et ce n’est pas une soumission totale au FMI. Nous devons être vigilants, nous devons discuter point par point du plan de demande d’aide. Nous allons débattre de cette affaire et des conditions. Il s’agit d’une question délicate qui nécessite un débat minutieux.

-Secteur bancaire

Durant les dernières semaines, certains ont accusé le Hezbollah de vouloir détruire ou de prendre le contrôle du secteur bancaire. Toutes ces accusations sont infondées et visent à induire en erreur l’opinion publique. Or, le secteur bancaire a commis beaucoup d’erreurs.

Depuis 1982, nous ne nous sommes jamais approchés de ce secteur, sauf dans trois cas :

-lorsque ces banques se sont pliés aux sanctions américaines et ont banni les comptes liés au Hezbollah ou à ses organisations. Elles ont été plus royalistes que le roi, et Américains que les Américains. Au moment où les Américains demandaient de fermer cinq comptes, eux ils ont fermé 50.

-Nous avons critiqué la saisie des dépôts bancaires des citoyens (1 million et 700 mille comptes) et leur humiliation par ces banques.  On a parlé, comme beaucoup, en leur nom. Vous devrez trouver les procédures pour restituer aux gens leurs droits.

– Les banques sont les principales bénéficiaires des politiques financières depuis 1993 et pourtant, elles n’ont pas agi pour aider le pays en cette période difficile. Vous n’avez rien présenté pour aider votre pays.

Certains même ont fait circuler des accusations ridicules comme quoi le Hezbollah voudrait prendre le contrôle du gouvernorat de la Banque du Liban. Ceci est une mascarade, nous ne cherchons point à dominer les banques et ça ne nous regarde pas. Ce monde basé sur les intérêts et les prêts à intérêts est illégitime au niveau religieux.

source: Almanar

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.