Nigeria : Israël saigne à blanc

Le président nigérian Muhammadu Buhari a mis fin à un nouveau contrat d’achat d’armements à Israël, initié par des membres de son cabinet, en disant que les deux parties avaient échangé des pots-de-vin.

Le chef du bureau de Buhari a envoyé une note ordonnant au procureur général de la Fédération du Nigeria de résilier le contrat.

Le président aurait également ordonné au conseiller à la sécurité nationale et à l’agence de renseignement nigériane d’enquêter sur la manière dont l’entrepreneur israélien avait obtenu l’autorisation de sécurité pour le travail sans « certificat d’utilisateur final » (End User Certificate).

Buhari aurait également ordonné qu’Israël soit tenu de fournir des articles équivalant au paiement initial de 50 millions de dollars.

Le contrat, signé par le Conseil exécutif fédéral du Nigeria en décembre 2017, aurait permis à Israël d’économiser 195 millions de dollars en échange d’un nombre indéterminé d’avions de missions spéciales, d’hélicoptères spéciaux et de 12 navires d’intervention rapide pour la marine nigériane.

Le journal londonien The Guardian a rapporté plus tard que le contrat permettrait au Nigeria d’acquérir trois hélicoptères, trois avions, trois grands navires prêts pour le combat, 12 navires et 20 voitures amphibies pour sécuriser les eaux nigérianes.

Le contrat avait été conclu par le ministre nigérian des Transports du Nigeria, Rotimi Amaechi, mais la Chambre des représentants du pays a soulevé des questions sur les détails du contrat et l’identité de l’entrepreneur.