janvier 20, 2021

L'Etoile Filante

Informer et Éduquer

Manifestation devant le bureau des Nations Unies à Sanaa

3 min read
Une manifestation devant le bureau des Nations Unies à Sanaa pour condamner les crimes et violations de l’agression

Le Ministère des droits de l’homme et la Yemeni Oil Company ont organisé une manifestation devant le Bureau des Nations Unies à Sanaa, pour condamner les violations et les crimes commis par la coalition d’agression contre le peuple yéménite, ses capacités et ses biens.

Les participants ont condamné la poursuite de la coalition d’agression dans la détention de navires pétroliers et de ravitaillement et la fermeture de l’aéroport de Sanaa à la lumière du silence des Nations Unies.

Dans le stand, la ministre des Droits de l’homme, Radhia Abdullah, a appelé les Nations Unies à jouer leur rôle dans l’arrêt de l’agression qui commet les crimes et violations les plus odieux contre les Yéménites.

Elle a souligné que les stands qui dépassaient les 300 arrêts devant le Bureau des Nations Unies à Sanaa s’inscrivaient dans le cadre de la volonté du peuple yéménite de rappeler aux Nations Unies de s’acquitter de son devoir de mettre fin à l’agression et de lever le siège.

La ministre a condamné le silence continu des organisations internationales, en particulier des Nations Unies, concernant les crimes, les violations, les bombardements et la famine du peuple yéménite commis par la coalition d’agression.

Le porte-parole de la YPC, Amin Al-Shabati, a confirmé que la coalition d’agression détenait toujours neuf navires pétroliers chargés de produits pétroliers malgré l’obtention de permis des Nations Unies.

Il a expliqué que les quantités à bord des navires piégés en mer de 213025 tonnes d’essence, 29499 tonnes de diesel, en plus des vivres, des médicaments et des navires à gaz domestique, malgré l’obtention de permis d’entrée au port de Hodeidah délivrés par les Nations Unies, afin de resserrer davantage les vis sur Les citoyens et augmentent leurs souffrances.

Al-Shabati a appelé les Nations Unies à s’acquitter de leurs responsabilités et à faire pression sur les pays agresseurs pour qu’ils demandent la libération immédiate de tous les navires détenus en mer.

Une déclaration publiée par le Ministère des droits de l’homme a appelé le Conseil de sécurité à tenir une session d’urgence pour discuter de la situation humanitaire au Yémen, du fait de la poursuite de l’agression, de ses pratiques arbitraires, de son blocus et de sa guerre économique.

La déclaration a appelé la communauté internationale à former un comité indépendant et impartial pour enquêter sur les massacres et les effets catastrophiques causés par l’agression et toujours sur le peuple yéménite et ses capacités pendant cinq ans, et travailler à la création d’un tribunal spécial pour juger les auteurs de violations des droits de l’homme au Yémen.

Une déclaration publiée par la Yemeni Oil Company a également appelé la communauté internationale à assumer ses responsabilités en faisant pression sur les pays agresseurs pour qu’ils libèrent les navires pétroliers saisis par la coalition d’agression et pour neutraliser la compagnie pétrolière et ses installations du conflit.

Le vice-ministre des Droits de l’homme Ali Al-Dailami et un certain nombre d’employés du ministère des Droits de l’homme et de la YPC ont participé au stand.

Ressource : SABA
Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.