Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux

Louange à Allah, Seigneur de l’univers, et paix et salutations à notre Maître et Prophète, Ab-al-Qassem al-Mustafa Muhammad (SAWA), et à sa Lignée pure, immaculée, et infaillible, en particulier celui qui représente le trésor d’Allah sur terre ! Allah, octroie autant de salutations à Ton représentant – Ali ibn Mussa – que Ta connaissance englobe. Accorde-lui Ton salut, un salut aussi permanent que Ton pouvoir et Ton autorité. Allah, octroie autant de salutations à Ton représentant – Ali ibn Mussa al-Réza – que Ta connaissance englobe. Accorde-lui un salut aussi permanent que Ta gloire, Ta grandeur et Ta magnificence !

 

 

Chaque année, nous organisions la cérémonie du Nouvel An à l’ombre du sanctuaire sacré d’Hazrat Ali ibn Mussa al-Réza (salutations sur lui) en compagnie du cher peuple de Machhad et des chers pèlerins venus de tout le pays et présents dans cette ville, et agrémentions notre Norouz avec ce rassemblement. Mais cette année, nous en sommes privés.

 

« Bien que nous soyons loin de vous, nous parlons en votre mémoire

La distance n’a pas d’importance dans un voyage spirituel » [extrait d’un poème de Hafiz]

 

À mon avis, où que nous soyons, nous pouvons réciter les salutations spéciales à l’Imam Réza : « Mon Dieu, envoie Tes salutations à Ali ibn Mussa al-Réza, l’imam pieux et pur et Ton signe pour tout le monde, sur Terre et en dessous de la Terre. Lui, le véridique et le martyr. Octroie-lui des bénédictions abondantes, complètes, pures, consécutives, ininterrompues et successives, comme celles que Tu as octroyées à chacun de Tes meilleurs Elus ». [Parlant en arabe]

Je tiens à vous présenter mes félicitations pour la fête bénie de Mab’ath qui est une de nos plus grandes fêtes islamiques. En outre, encore une fois, je tiens à présenter mes félicitations à notre chère nation, à l’occasion de Norouz et de l’arrivée du printemps.

Mab’ath [début de la révélation au Prophète de l’Islam] est une journée grandiose. Nous devons comprendre la signification de Mab ‘ath. La mission du Saint Prophète de l’Islam est un événement dont Allah, le Très-Haut, avait demandé l’annonce, de la part des autres prophètes :

« Et lorsque Dieu prit cet engagement des prophètes : « Chaque fois que Je vous accorderai un Livre et de la Sagesse, et qu’ensuite un messager vous viendra confirmer ce qui est avec vous, vous devez croire en lui, et vous devrez lui porter secours » » [Coran 3 : 81]

Selon ce saint verset, Allah, le Très-Haut, a pris l’engagement des Grands Prophètes à travers l’Histoire, qu’ils croient tous en lui quand il commencera sa mission en ce jour, et qu’ils l’aident. Eh bien, ce que signifie croire en lui est clair. Quant au secours, cela signifie qu’ils devront le présenter à leur peuple, à leur Ummah et à leurs partisans, et leur demander de se joindre à lui et de croire en lui. C’est le moindre secours que les prophètes pouvaient lui apporter. Dieu a exigé qu’ils fassent cette promesse. Il y a un autre verset dans le Coran qui dit :

« Ceux qui suivent le Messager, le Prophète (qui sait sans aucun enseignement) qu’ils trouvent écrit (mentionné) chez eux dans la Thora et l’Evangile » [Coran 7 : 157]

En d’autres termes, le nom et les caractéristiques de notre Prophète étaient mentionnés dans les versions (non falsifiées) de l’Ancien et du Nouveau Testament. Il y a un autre verset dans lequel Dieu cite le prophète Jésus en disant :

« Et quand Jésus fils de Marie dit :  » Enfants d’Israël ! je suis vraiment le Messager de Dieu [envoyé] à vous, confirmateur de ce qui, dans la Thora, est antérieur à moi, et annonciateur d’un Messager après moi, dont le nom sera « Ahmad ». » [Coran 61 : 6]

Le Prophète Jésus a mentionné le nom de cette grande personnalité. C’est donc un événement extraordinaire. Il a également été mentionné dans le Nahj-ul-Balaghah :

« Jusqu’à ce qu’Allah ait choisi Muhammad (que la paix soit sur lui et sur sa Lignée) en tant que prophète, dans l’accomplissement de Sa promesse et l’achèvement de Sa prophétie, selon l’engagement qu’Il avait pris des prophètes » [Nahj-ul-Balaghah, Sermon 1]

Cela signifie qu’Allah, le Très-Haut, avait pris des prophètes l’engagement de se comporter ainsi envers lui.

Eh bien, Be’that [Début de la mission prophétique] a un contenu très important dont je souhaite brièvement parler avant de faire le lien avec nos conditions actuelles, parce qu’il est important pour nous, dans la pratique et dans l’action, et n’est pas seulement une simple croyance.

Be’that et la révélation divine ont clarifié certaines vérités pour le peuple et pour l’humanité. Si l’humanité et les diverses sociétés humaines croient en ces vérités et les respectent, elles auront une « vie pure ». Que signifie « vie pure » ? Cela signifie une vie agréable, fructueuse, désirable et pure. Sa pureté réside dans le fait que cette vie est désirable et douce, maintient l’humanité sur la bonne voie et la pousse en avant pour qu’elle puisse bénéficier de toutes les beautés et de toutes les bonnes choses, dans cette vie et dans l’au-delà. C’est ce que signifie une « vie pure ». Si les cœurs sont familiarisés avec ces vérités et s’engagent à les respecter, ils connaitront sûrement cette « vie pure ».

Une partie de ces vérités constitue le système de connaissances de l’Islam. Le système idéologique de l’Islam signifie le point de vue de l’Islam sur l’univers, l’humanité et son rôle dans l’univers, la nature divine, les caractéristiques et les noms divins cités dans le Du’a de Kumayl :

« … Et par tes noms bénis qui se sont manifestés dans tous les fondements de cet univers »

Elles sont également mentionnées dans les prières du mois de Rajab : « Ta terre et Ton ciel sont imprégnés (de ces noms)», au sujet du chemin de l’humanité dans ce monde et dans l’au-delà, et ces vérités constituent les principes idéologiques de l’Islam. L’Islam les enseigne à l’humanité et rend ainsi les êtres humains vigilants et éveillés.

 

 

Une autre partie de ces vérités est le système moral de l’Islam qui est un ensemble de valeurs. En d’autres termes, l’islam les a introduites en tant que valeurs. Les peuples et les sociétés humaines sont obligés de se rapprocher d’elles et de les faire avancer car leur bonheur en dépend. Ces valeurs couvrent des concepts allant des caractéristiques individuelles – la patience, l’endurance et le pardon – aux qualités publiques et constructives comme la liberté, la justice sociale, la dignité humaine et le mode de vie. Ce sont les valeurs mentionnées par l’Islam et qui nous ont été expliquées. Certains pensent à tort, que ces concepts – justice sociale, liberté, etc – ont été importés de l’Occident, dans le monde de l’Islam, ou que les penseurs islamiques les ont appris des Occidentaux. C’est complètement faux. Il n’y a que trois ou quatre siècles que l’Occident s’est familiarisé avec ces concepts. Il les connait depuis la Renaissance alors que l’Islam les a clairement exprimés dans le Saint Coran, il y a 1400 ans. La différence entre l’Occident et l’Islam à cet égard, est les Occidentaux en ont parlé mais n’ont jamais vraiment agi dans leur sens – ils n’ont agi ni en fonction de la liberté ni de la justice sociale. Ils ont présenté (ces valeurs) mais ne les ont pas mises en œuvre. Cependant, ces concepts existaient dans l’Islam en premier et ont été appliqués à l’époque du Saint Prophète. De toute évidence, la phrase : « Et il m’a été ordonné de juger équitablement entre vous » [Coran 42 : 15] est dans le Saint Coran. Le Saint Prophète a reçu l’ordre d’administrer la justice, la justice sociale et la justice globale. 

Il y a un autre verset qui dit :

« Nous avons effectivement envoyé Nos Messagers avec des preuves évidentes, et fait descendre avec eux, le Livre et la balance, afin que les gens établissent la justice. » [Coran 57 : 25]

Cela signifie que la raison essentielle de l’envoi de tous ces prophètes, messagers et livres, était d’administrer la justice – la justice sociale et économique – au sein du peuple. Il s’agit donc de vieux concepts issus de l’Islam.

 

En ce qui concerne la liberté, ce propos du Commandeur des Croyants [L’Imam Ali] (salutations sur lui) dans le Nahj-ul-Balaghah, a été prononcé il y a 1000 ans, avant que les Occidentaux parlent de liberté dans des pays comme la France. 

L’Imam dit : « Ne soyez pas l’esclave des autres car Allah vous a libérés » [Nahj-ul-Balaghah, Lettre 31]

Quoi de plus clair ? Cela signifie que les êtres humains sont libres. La liberté implique toutes sortes de libertés. Il y a une autre citation bien connue de l’Imam qui dit, s’adressant à certains commandants de cette époque :

« Vous traitez les gens comme des esclaves alors que Dieu les a créés libres ». 

Ce sont des enseignements islamiques. Ces concepts sont nombreux dans l’islam. Il y a beaucoup de paroles dans le Nahj-ul-Balaghah et dans les autres sources islamiques à ce sujet. Voilà la chaîne des valeurs et des enseignements, et le système idéologique de l’Islam. Derrière ces concepts, il y a des règles, des obligations et des interdictions. Toutes les règles islamiques – individuelles ou collectives – viennent de ces concepts et sont compatibles avec ces concepts. En d’autres termes, toutes les obligations qu’Allah, le Très-Haut, a définies pour les musulmans viennent de ces concepts et de ces valeurs qui aident à suivre cette voie. Eh bien, c’est une collection (de valeurs) donnée aux gens et un cadeau de la Be’that.

Si nous voulons les appliquer, si nous avons l’intention de mettre en œuvre ces concepts dans l’environnement idéologique de la société, dans le vrai sens du terme, si nous voulons que ces valeurs se manifestent dans les actions et les comportements, et si nous décidons de réaliser les règles qui sont un moyen de progrès et de mouvement, cela nécessite l’existence d’un pouvoir politique. Sans pouvoir politique, les intimidateurs ne céderont pas, les paresseux ne bougeront pas et les agents des intimidateurs, des arrogants et des riches suivront leurs maitres. Le but de la prophétie ne sera pas atteint. C’est pourquoi, le Saint Coran dit :

« Nous n’avons envoyé de Messager que pour qu’il soit obéi, par la permission de Dieu » [Coran 4 : 64]

Ce n’est pas particulier à notre Prophète mais concerne tous les prophètes. Ils (ces enseignements) doivent être respectés dans le pays. Les gens doivent leur obéir. C’est pourquoi, lorsque les habitants de Yathrib sont venus voir le Saint Prophète pour l’inviter à Médine, le Prophète a tout de suite accepté leur proposition de lui prêter serment d’allégeance.

 

Prêter serment d’allégeance signifie accepter l’autorité de quelqu’un et les conditions qu’il fixe. Lorsque le Saint Prophète est entré à Médine, la première chose qu’il a faite a été de former un pouvoir politique et social. En d’autres termes, il a établi un gouvernement. Par conséquent, c’est une des exigences de la prophétie. Bien sûr, les prophètes ont de nombreux ennemis :

« Ainsi, à chaque prophète Nous avons assigné un ennemi : des diables d’entre les hommes et les djinns » [Coran 6 : 112]

Quand les prophètes établissent un gouvernement, un ennemi étranger émerge aussitôt qui s’ajoute aux ennemis intérieurs. Avec la formation du gouvernement, les ennemis étrangers et les ennemis intérieurs entrent en scène. C’est clair. Sans l’existence d’un dirigeant politique et d’un pouvoir politique, les ennemis étrangers ne se soucieront pas beaucoup de ce que vous faites et n’écouteront pas ce que disent certains. Cependant, lorsqu’il sera question de pouvoir politique, cet ennemi étranger – qui s’oppose à la justice, à la liberté et aux droits de chacun à bien vivre de manière indépendante – va naturellement s’y opposer.

 

C’est ce que je voulais dire aujourd’hui : C’est exactement le modèle que l’Imam Khomeiny (que Dieu lui accorde le paradis) a utilisé. C’est exactement le même modèle que celui du Saint Prophète. Les enseignements sont les enseignements que le Saint Prophète a annoncés au peuple au nom d’Allah, le Très-Haut. Les valeurs sont les mêmes et les règles sont les mêmes. Le mouvement vers la réalisation de ces règles exigeait une foi forte, une ferme détermination et un cœur voué à Dieu, et tout cela existait chez l’imam [Khomeiny]. Allah, le Très-Haut, a également aidé à lancer ce mouvement. Bien sûr, l’imam savait que la foi en l’islam exitait profondément dans le cœur et l’âme de la nation iranienne, et que le peuple iranien était pieux. Bien sûr, cela nécessiterait une nouvelle discussion mais il est clair que ce jour-là et à cette époque, le peuple iranien avait – et continue d’avoir – une foi religieuse forte, profondément ancrée dans les cœurs malgré certaines apparences. Heureusement, c’est une des caractéristiques de notre nation.

L’imam le savait et c’est pourquoi il a soulevé la question de l’Islam, du gouvernement islamique et du système islamique sachant que le terrain était propice. L’imam connaissait également bien le terrain, l’oppression étendue et la corruption générale du régime Pahlavi dépendant, corrompu, oppressif et dépourvu de toute humanité, qui opprimait le peuple. Tout le monde pouvait voir la situation qui régnait autour de ce régime brutal et cruel. L’imam a tiré le meilleur parti de cette situation pour réaliser le miracle de la Révolution islamique et de la République islamique. La Révolution islamique et l’instauration de la République islamique ont été vraiment des miracles qui se sont concrétisés grâce à ce grand mouvement.

La communauté islamique initiale – établie par le Saint Prophète à Médine – comprenait quelques milliers de personnes vivant à Médine et ne dépassait probablement pas les sept, huit ou dix mille personnes, lorsque le gouvernement islamique a été formé au début. Cette communauté a été établie sur les conseils, les règles et les enseignements du Saint Prophète, qui étaient des cadeaux au peuple. Bien qu’après la disparition du Saint Prophète, une série de problèmes se sont posés, le mouvement était si profondément enraciné et solide qu’il a progressé de manière puissante et s’est renforcé de jour en jour, de telle sorte qu’au quatrième siècle du calendrier de l’Hégire – c’est un fait historique – 300 ans après la naissance du Saint Prophète et son émergence, la communauté islamique était la communauté la plus développée au monde en termes politiques. Elle avait l’armée la plus puissante du monde. Dans le domaine de la science et de la culture, elle avait le niveau scientifique et culturel le plus avancé au monde. Trois siècles après, la communauté islamique avait ce statut dans les domaines militaires, politiques, scientifiques et culturels. Ce qui est intéressant, c’est que ce statut existait à une époque où des califes corrompus comme les Umayyades et les Abbassides, étaient au pouvoir. Si les Saints Imams ou les personnes qu’ils avaient nommées avaient été au pouvoir, les réalisations auraient certainement été dix fois supérieures. C’est le mouvement de l’Islam qui doit progresser et se renforcer.

Le modèle actuel est le même. Si aujourd’hui nous avançons et agissons sincèrement, si nous ne faisons pas preuve de paresse, de naïveté et de fermeture d’esprit, nous pourrons aider l’Iran à atteindre le même sommet. Bien sûr, aider l’Iran à atteindre les sommets scientifiques, culturels, industriels, militaires, politiques et autres, est notre objectif à court terme. Notre objectif à long terme, est de réaliser la civilisation islamique qui est une chose différente.

 

)

Il ne faut donc pas s’étonner de l’hostilité des ennemis. Nous avons de nombreux ennemis et cela ne doit pas nous étonner. Comme je l’ai mentionné, Allah, le Très-Haut, a dit dans le Saint Coran :

« Ainsi, à chaque prophète avons-Nous assigné un ennemi : des diables d’entre les hommes et les djinns, qui s’inspirent trompeusement les uns aux autres des paroles enjolivées » [Coran 6 : 112]

Il y a des ennemis parmi les djinns et les humains, qui s’aident les uns les autres. Les services de renseignement de nombreux pays travaillent ensemble contre nous et « s’inspirent trompeusement les uns aux autres, des paroles enjolivées ». Au début de l’ère islamique, pendant la bataille de la tranchée, la bataille des coalisés (al-Ahzab), tous les ennemis du Saint Prophète parmi les Arabes – de toutes les tribus de la Mecque, Taif et d’autres endroits – ont formé une alliance et négocié avec les Juifs qui vivaient dans la banlieue de Médine, pour qu’ils les rejoignent. Ce fut un événement étonnant, mais les musulmans ne furent pas étonnés. Le Saint Coran dit :

« Et quand les croyants virent les coalisés, ils dirent : « Voilà ce que Dieu et Son messager nous avaient promis ; et Dieu et Son messager disaient la vérité ». Et cela ne fit qu’accroître leur foi et leur soumission » [Coran 33 : 22]

Quand ils ont vu les ennemis déployer leurs forces, ils ont dit : « C’est ce que nous avait annoncé Allah, le Très-Haut, sur l’existence des ennemis qui nous attaqueraient » et les voilà. Le mouvement de l’ennemi a renforcé notre foi parce que ce qu’Allah et Son messager ont dit, était vrai. La prédiction d’Allah, le Très-Haut, et de Son messager s’est réalisée et « Cela ne fit qu’accroître leur foi et leur soumission ».

Aujourd’hui, notre ennemi le plus méchant et l’ennemi de la République islamique, sont les États-Unis. Bien sûr, nous avons de nombreux ennemis, mais les plus méchants et les plus hostiles sont les États-Unis. Les responsables américains sont à la fois menteurs, perfides, éhontés, cupides et charlatans. Si vous écoutez leurs paroles et regardez ce qu’ils font, vous verrez qu’ils parlent comme des charlatans. Tous les défauts moraux se manifestent dans leur comportement. En plus, ils sont oppressifs et impitoyables, extrêmement cruels et terroristes. Toutes les mauvaises qualités existent en eux ! C’est un tel ennemi qui s’oppose à nous.

Dieu a ordonné à son prophète de lutter contre les ennemis. Dès le début, Allah, le Très-Haut, a ordonné à Son Prophète de faire preuve d’endurance. Dans la sourate Muddathir qui est une des sourates du début de la révélation (Be’that), Dieu dit :

« Mais, pour l’amour de Ton Seigneur, et pour ton Seigneur, endure (fais preuve d’endurance) » [Coran 74 : 7]

Dans la sourate Muzzammil qui est aussi une des premières sourates révélées, Dieu dit : « Et endure ce qu’ils disent » [Coran 73 : 10]. 

L’ordre d’endurance a également été répété fréquemment ailleurs dans le Coran. Il y a deux versets qui disent :

« Et reste ferme comme il t’est commandé » dans la sourate Hud (11 :112) et la sourate Choura (42 :15). Des consignes ont donc été données à cet égard.

Maintenant, que signifie l’endurance ? L’endurance ne signifie pas rester inactif et attendre de voir comment les choses vont se passer, mais signifie résister, montrer de la constance et refuser de changer ses calculs face aux tromperies de l’ennemi. L’endurance signifie poursuivre les objectifs que nous nous sommes fixés. L’endurance signifie avancer et poursuivre le chemin avec un moral élevé. Voilà ce que signifie l’endurance. Si cette constance et cette résistance s’accompagnent de sagesse, de perspicacité et d’échanges de points de vue – comme le souligne le Coran : « Qui conduisent leurs affaires par consultation mutuelle » [42 : 38] – alors la victoire sera assurée. Bien sûr, je peux dire avec une totale assurance, que la nation iranienne est une nation endurante. Elle a montré qu’elle était endurante. Bien sûr, nous, les responsables, avons parfois agi avec impatience, mais pas les gens. Les gens ont été endurants. Les 40 dernières années l’ont prouvé. Certains de nos soi-disant intellectuels ont malheureusement fait preuve d’impatience et certains d’entre eux sont même allés jusqu’à coopérer avec l’ennemi à cause de leur impatience. Bien sûr, c’était le cas seulement de certains d’entre eux. A l’opposé, nous avons des jeunes heureusement très nombreux, qui continueront de croître en nombre quotidiennement, si Dieu le veut, actifs dans le domaine de la culture, de la science, de la technologie et de la politique, et dotés d’un discernement au niveau international – en d’autres termes, des jeunes qui comprennent correctement les problèmes internationaux, contrairement à ces individus, et comme je l’ai dit, dont le nombre augmente heureusement chaque jour. Ainsi, faire preuve d’endurance signifie ne pas abandonner, ne pas s’affaiblir, ne pas avoir de doutes, s’opposer à l’ennemi avec courage et sagesse, et le soumettre. Le Saint Coran dit :

« S’il se trouve parmi vous vingt endurants, ils vaincront deux cents » [8 :65].

Dix d’entre vous pourraient affronter une centaine d’entre eux, et vingt d’entre vous pourraient affronter et vaincre deux cents d’entre eux. Cela se produit dans certaines circonstances. Dans certaines circonstances, vous aurez à faire face à un groupe dix fois plus nombreux et dans certaines circonstances, deux fois plus nombreux.

J’ai dit dans mes récentes allocutions, que le pays devait se renforcer. Le renforcement du pays est un de nos objectifs et une des principales lignes directrices de la Be’that. Ce concept a été emprunté à la Be’that et au Saint Coran qui dit :

« Et préparez [pour lutter] contre eux tout ce que vous pouvez comme force et comme cavalerie équipée » [Coran 8 : 60]

 Cela signifie que nous devons augmenter notre pouvoir autant que possible. À première vue, cela peut signifier « la puissance militaire », mais son sens est beaucoup plus large que la puissance militaire. Le pouvoir a des dimensions très larges, des dimensions économiques, scientifiques, politiques – l’indépendance politique prépare le terrain au pouvoir politique – et d’influence. Avec le passage du temps, il y aura d’autres domaines où renforcer le pays et la nation. Par exemple, aujourd’hui, la jeunesse de la population est un pouvoir. C’est la raison pour laquelle j’insiste tellement sur l’augmentation du taux de natalité. À l’heure actuelle, notre pays est un pays jeune. Si le taux de natalité n’est pas à un niveau suffisant – ce qui est le cas actuellement – dans quelques années, la jeune population du pays diminuera. Un pays qui a peu de jeunes fera peu de progrès.  Donc l’un des moyens de nous renforcer est de préserver la jeunesse de la société. Un autre moyen est le cyberespace qui est vital aujourd’hui. Aujourd’hui, le cyberespace domine la vie des gens à travers le monde. Certains font tout ce qu’ils doivent faire dans le cyberespace. Le pouvoir dans ce domaine est vital. Un autre est le pouvoir dans le domaine de la santé et du traitement. Heureusement, nos chercheurs, médecins et experts, ont réalisé de nombreux progrès dans ce domaine.

Quant à « l’élan de la production » que j’ai évoqué cette année, c’est en fait un des moyens de pouvoir. La production doit connaître un élan et non simplement un essor qui était le slogan de l’année dernière. L’essor de la production signifie stimuler un mouvement dans la production – ce qui a été réalisé – mais cela ne suffit pas. Nous avons besoin de beaucoup plus. Nous avons besoin d’un élan de la production. Bien sûr, la réalisation de cet élan de la production a certaines exigences. La question ne concerne pas seulement les propriétaires d’usines et de petites entreprises qui devraient s’efforcer de produire davantage, mais exige que toutes les organisations fassent leur travail notamment avec la prévention de la contrebande et des importations inutiles, l’encouragement aux producteurs et la poursuite (judiciaire) de ceux qui abusent des ressources financières gouvernementales. Il y a de nombreuses tâches de ce genre qui, si elles sont effectuées – par la faveur d’Allah, elles devraient l’être cette année – permettront un élan de la production.

Bien sûr, aujourd’hui, nous sommes confrontés à la propagation d’une maladie endémique et d’une pandémie internationale. Ce virus fait des victimes et progresse dans presque tous les pays du monde. Certains pays annoncent ce qui se passe et d’autres non et on comprend, d’après ce qu’ils disent, que certaines de leurs affirmations ne sont pas très compatibles avec les réalités. Le virus progresse. Cette maladie est la manifestation de ce verset :

« Très certainement, Nous vous éprouverons par un peu de peur, de faim et de diminution de biens, de personnes et de fruits » [Coran 2 : 155]

Cela provoque à la fois la panique – certaines personnes ont vraiment peur – et crée des problèmes économiques. Cela représente aussi une perte de biens, de vies et d’intérêts. Cependant, tout de suite après, Dieu dit :

« Et fais la bonne annonce aux endurants »

L’endurance est également nécessaire ici, et signifie faire les choses correctes et agir de manière raisonnable. Bien sûr, les honorables responsables dans ce domaine, ont donné certaines consignes qui doivent être respectées, in-cha-Allah. Tout le monde doit s’y soumettre. Ces consignes visent à sauver votre vie et celle des autres, et à contrôler cette maladie dangereuse. Par conséquent, tout le monde doit respecter les consignes.

L’un des points au sujet du coronavirus dont il est bon de parler, est que les dirigeants américains ont déclaré à plusieurs reprises, qu’ils étaient prêts à nous aider dans le domaine du traitement et des médicaments. Ils ont répété à plusieurs reprises que si nous leur demandons de nous aider, ils nous aideront au niveau des médicaments et des traitements. C’est étrange de dire que nous devons leur demander de l’aide en traitement et en médicaments. Premièrement, vous avez vous-mêmes, des problèmes dans ces domaines. Les nouvelles qui viennent des États-Unis et les déclarations des Américains eux-mêmes – le maire de telle ou telle ville, le chef de la santé publique dans telle ou telle région et le chef de tel ou tel hôpital – montrent explicitement qu’ils ont eux-mêmes, d’horrible lacunes en termes de mesures préventives, de médicaments et autres. Si vous avez suffisamment de ressources, utilisez-les plutôt pour vous mêmes. Deuxièmement, les Américains sont accusés d’avoir produit le virus. Je ne sais pas à quel point cette accusation est exacte, mais quand une telle accusation existe, quelle personne raisonnable pourrait vous faire confiance pour les médicaments ? Vos médicaments pourraient devenir un instrument pour propager davantage la maladie. Vous n’avez aucune crédibilité et n’êtes pas dignes de confiance. Les médicaments que vous voulez prescrire ou exporter dans notre pays, peuvent prolonger la durée de vie du virus ou empêcher son contrôle. Si cette accusation est juste et si vous avez produit le virus, vous êtes aussi capable de faire de telles choses ! Si vous envoyez des gens ici, en tant que médecins et soignants, ce sera peut-être pour voir de près et sur le terrain, les effets de ce dangeureux virus que vous auriez produit ! En effet, on dit que certaines formes du virus ont été créées spécialement pour l’Iran en fonction des particularités génétiques iraniennes qu’ils ont acquises de différentes manières. Ces personnes pourraient venir ici et voir comment cela a fonctionné, recueillir des informations et intensifier leurs hostilités. Par conséquent, cette proposition n’est pas une chose que la nation iranienne puisse accepter.

Mon dernier mot à la nation iranienne est que chers amis, notre expérience de 40 ans montre que le pays a la capacité de relever des défis et de régler les problèmes à tous les niveaux. Le pays bénéficie de capacités extraordinaires pour affronter et surmonter tous les problèmes, difficultés et défis qui se sont posés jusqu’à présent ou qui pourraient survenir dans le futur. Les capacités du pays sont nombreuses. L’important est que ces capacités soient identifiées par les responsables et qu’ensuite, des gens pieux et des jeunes motivés soient employés dans tous les domaines. Ces jeunes doivent être motivés, pieux et religieux. En effet, il est moins probable que des gens religieux fassent preuve de trahison par rapport à des gens qui ne croient pas en la religion. C’est ce qui nous rapproche de notre objectif.

Je voudrais répéter une fois de plus, que tout le monde doit suivre les consignes données et annoncées par les responsables du Comité national de lutte contre le Corona qui a même annulé les rassemblements religieux. Cela est sans précédent dans toute notre Histoire. L’annulation de toutes les réunions religieuses dans les sanctuaires sacrés, des prières publiques et de la prière du vendredi est sans précédent, mais il n’y a pas d’autre solution. Les responsables ont considéré que c’était une mesure opportune et ont agi dans ce sens. Le peuple doit observer les consignes afin qu’Allah, le Très-Haut, aide la nation iranienne, toutes les nations musulmanes et l’humanité toute entière, à se débarrasser le plus tôt possible de ce fléau.

Avec mes salutations et que la miséricorde d’Allah et Ses bénédictions vous accompagnent !