Au nom du Très-Haut

À l’occasion de la Journée des enseignants, je tiens à féliciter tous les chers enseignants qui se consacrent au développement de l’esprit des enfants et des jeunes du pays, dans les écoles, les universités et les centres islamiques.

La parole de l’Imam Khomeiny qualifiant l’enseignement de « travail des prophètes » n’était pas un simple slogan. Elle était fondée sur un verset du Saint Coran qui dit :

« C’est Lui qui a envoyé à des gens sans Livre un Messager des leurs qui leur récite Ses versets, les purifie et leur enseigne le Livre et la Sagesse » [Coran 62: 2]

Purification, enseignement, livre et sagesse sont quatre termes clés de l’appel de l’Islam et du message de tous les prophètes. Un autre terme clé est l’administration de la justice. Dans l’école des prophètes, les générations d’êtres humains se développent grâce à l’utilisation du Livre et de la Sagesse, puis construisent une vie basée sur la justice. De cette façon, les sociétés humaines se rapprochent de l’objectif de la création des êtres humains.

Le gouvernement islamique a été établi sur la base de cet objectif, c’est-à-dire la formation d’une société religieuse et juste, qui aspire à atteindre ses idéaux. Naturellement, le système éducatif du pays ne peut pas poursuivre un objectif opposé à l’objectif global poursuivi par l’ensemble du système.

Les enfants, les adolescents et les jeunes de notre pays islamique apprennent qu’ils doivent développer et utiliser leurs talents et leurs capacités dans la voie de la réalisation des hautes valeurs nationales – à savoir, les valeurs islamiques et révolutionnaires.

Cette formation vitale et sa réalisation sont le grand travail et le djihad béni des enseignants.

L’Islam nous invite à acquérir des connaissances bénéfiques. D’une part, les connaissances bénéfiques dotent les jeunes Iraniens des outils nécessaires au progrès et à la croissance de leur pays et de leur peuple, et d’autre part, elles leur donnent une identité et renforcent leur dignité, leur valeur psychologique et spirituelle, et leur confiance en soi.

Une jeune génération qui se forme et se développe dans cette direction, est une richesse énorme et un atout majeur auquel aucun autre phénomène précieux n’est égal.

Cette richesse est le produit du travail et de la motivation des enseignants dans les écoles, les universités et les centres islamiques. Que Dieu leur accorde la grâce et les bénédictions, et bénisse leurs mains diligentes et leurs cœurs motivés.

Notre jeune génération a heureusement, des modèles brillants et exceptionnels dont on peut rarement trouver des équivalents dans le monde matérialiste d’aujourd’hui.

Nous pouvons citer comme exemples le martyr Chamran, le martyr Avini, les martyrs de la science nucléaire, le martyr Soleimani et le grand martyr Motahhari qui dans les années 30 (iraniennes), a brillé dans les centres islamiques de Qom et à l’université de Téhéran, puis s’est envolé dans les cieux avec son martyre dans les années 50.

Que les salutations de Dieu soient sur les martyrs. Nous remercions nos professeurs et présentons nos salutations à la jeune génération prometteuse de la nation iranienne.

Sayed Ali Khamenei

1er mai 2020