octobre 27, 2020

L'Etoile Filante

Informer et Éduquer

GOUVERNANCE DE L’EAU : ABDOU KARIM SALL POUR UN « CHANGEMENT DE PARADIGME »

4 min read
Le ministre de l’Environnement et du Développement durable, Abdou Karim Sall, a préconisé vendredi à Madrid (Espagne), un « changement de paradigme » dans la gouvernance durable de l’eau pour faire aux défis climatiques.
« La mise en œuvre de solutions intelligentes demande un changement de paradigme dans la manière dont nous gérons » l’eau, a-t-il plaidé lors d’un panel de haut niveau à l’initiative du Conseil mondial sur l’eau.
Plusieurs experts et délégations ont pris part à cette rencontre qui s’inscrit dans le cadre de la Conférence des Nations unies sur le climat (CNUCC) COP 25 ouverte lundi dernier dans la capitale espagnole, pour une douzaine de jours.
Ce panel de haut niveau est axé sur « Action pour l’adaptation : comment nous gérons l’eau pour assurer la résilience aux changements climatiques ».
Selon le ministre de l’Environnement, « il nous faut rompre avec la démarche sectorielle et penser l’eau selon une approche filière ». « C’est ainsi que nous pourrons davantage intégrer sa gestion et apprécier sa valeur dans le cadre d’une économie circulaire », a estimé Abdou Karim Sall.
Devant l’assistance, M. Sall a rappelé que le Sénégal a développé durant ces dernières années, plusieurs projets d’adaptation et de résilience du secteur de l’eau aux changements climatiques.
A cet effet, il a listé la restauration des fonctions écologiques du Lac de Gueirs, des zones humides notamment le Ndiayel classé site Ramsar (convention sur les zones humides), avec l’implication des usagers et de toutes les catégories de la société.
Il est également revenu sur le projet d’une unité de dessalement de l’eau de mer d’une capacité de 100 000 l3 d’eau, retenu comme option stratégique pour faire face à la demande croissante en eau.
De plus, a-t-il indiqué, « il est nécessaire de disposer de mécanisme d’envergure pour prendre en charge les besoins d’investissements pour l’eau ».
C’est en ce sens que le président Macky Sall, membre du panel de Haut niveau sur l’Eau, a proposé de mettre en place un Fonds bleu a profit du secteur de l’eau et de l’assainissement, a-t-il rappelé.
Après avoir partagé ces avancées « significatives dans la gestion de la ressource », Abdou Karim Sall s’est exprimé sur le prochain forum mondial sur l’eau que le Sénégal va abriter en mars prochain avec comme thème : « Sécurité de l’eau pour la paix et le développement ».
« Ce sera un forum catalyseur de l’action pour les engagements sur l’eau et l’assainissement, connecté aux agendas, plateforme engagements relatifs aux ODD, à l’accord de Sendai sur les risques et catastrophes naturelles », a assuré le ministre.
A ce propos, il a évoqué l’Accord de Paris sur le climat, l’agenda 2063 pour l’Afrique et un forum contextualisé, global et de proximité ancré sur les principaux défis de l’eau dans le monde.
Tout cela, selon lui, est sous-tendue par les innovations comme un processus multi acteurs avec l’ensemble des parties prenantes, un sommet des chefs d’Etat et la mise en œuvre de l’initiative « Dakar 2021 ».
Durant sa phase préparatoire, il s’agira de sélectionner des projets nationaux, régionaux et internationaux pertinents innovants, structurables et reproductibles, produisant des résultats à court terme à impact durable autour des priorités du forum.
« La finalité d’une telle initiative est d’accrocher le forum sur une dynamique d’engagements à travers des projets labellisés appontant des réponses tangibles sur le terrain », a-t-il fait valoir.
Auparavant, le ministre a assisté à la journée agro-sylvo pastorale organisée au stand du Sénégal, dont l’animation était assurée par des experts et ingénieurs agronomes sénégalais des départements de l’Eau, l’Elevage et l’Agriculture.
Le ministre a relevé l’importance de ce secteur dans l’économie des Etats. « Le levier agro-sylvo pastoral est constitué déjà au levier principal du PSE dans sa première phase », a-t-il dit.
L’importance de ce secteur, a-t-il indiqué, s’est accrue avec la prise en compte des aspects environnementaux liés aux changements climatiques. De fait, l’Agro-écologie retenue comme thème, pour une conférence nationale pour l’année 2020, se justifie par sa double fonction dans l’adaptation et l’atténuation pour répondre aux enjeux des changements climatiques, a indiqué le ministre de l’Environnement.
Source: APS
Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.