Syrie: que cherche Israël à Yarmouk?

Talal Naji, secrétaire général adjoint du Front populaire pour la libération de la Palestine (FPLP), a accusé, lors d’une interview, samedi 26 mai, avec la chaîne d’information libanaise Al-Mayadeen, les terroristes en Syrie de collaborer avec Israël.

Selon Naji, après que l’armée syrienne a libéré le camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk des mains des extrémistes armés associés aux groupes terroristes du Front al-Nosra et Daech, on a découvert que les terroristes avaient fouillé les anciennes tombes avec l’intention de localiser les corps de trois soldats israéliens disparus. Ces militaires israéliens auraient été tués, durant la bataille de 1982 du sultan Yacoub.

La bataille a eu lieu entre les forces israéliennes et syriennes pendant la première guerre du Liban, et les corps sont restés entre les mains des combattants syriens. La bataille a eu lieu quand Israël a tenté de prendre pied sur l’autoroute Beyrouth-Damas avant l’entrée en vigueur du cessez-le-feu.

Israël cherche les débris de cadavres ou ossements de ses militaires tués dans les guerres pour les enterrer selon les coutumes et traditions juives.

Ce n’est pas la première fois que Damas accuse les terroristes, actifs en Syrie, de recevoir le soutien d’Israël pour tenter de saper la stabilité et la paix en Syrie. Des photos des terroristes qui reçoivent des aides médicales avec des étiquettes hébraïques ont été publiées par le passé, et le Wall Street Journal a même publié une interview avec des extrémistes armés qui ont reconnu avoir des liens avec Israël.