Quatre millions d’enfants réfugiés ne sont pas scolarisés, déplore le HCR

Quatre millions d’enfants réfugiés ne vont pas à l’école, indique le HCR, l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés, dans un rapport publié aujourd’hui. En à peine un an, le nombre de jeunes réfugiés qui ne sont pas scolarisés a augmenté d’un demi-million d’enfants.

À peine 61% des enfants réfugiés vont à l’école primaire, tandis que 92% des enfants dans le monde ont cette possibilité.

« L’éducation est une façon d’aider les enfants à guérir, mais aussi un outil essentiel pour la reconstruction de leurs pays », explique Filippo Grandi, le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés.

Alors que la population déracinée par les guerres et les persécutions augmente à travers le monde, le nombre d’enfants réfugiés inscrits à l’école ne parvient pas à suivre ce rythme de croissance rapide, déplore le rapport publié aujourd’hui par le HCR.

Fin 2017, on dénombrait 25,4 millions de réfugiés dans le monde, dont 19,9 millions de personnes relevant de la compétence du HCR. Plus de la moitié de ces réfugiés (52 %) sont des enfants. Parmi ceux-ci, 7,4 millions sont en âge d’être scolarisés.

L’éducation gage d’un meilleur avenir

« Sans éducation, l’avenir de ces enfants et de leurs communautés sera irrémédiablement assombri », souligne Filippo Grandi en commentant le document.

Le rapport intitulé « Inverser la tendance : L’éducation des réfugiés en situation de crise » démontre que, malgré les efforts entrepris par les gouvernements, le HCR et ses partenaires, le taux de scolarisation des enfants réfugiés ne parvient pas à suivre la croissance rapide du nombre de personnes réfugiées.

Plus les enfants réfugiés grandissent, plus cet écart se creuse. Environ deux tiers des enfants réfugiés inscrits dans une école primaire n’iront pas jusqu’à l’enseignement secondaire. Au total, 23% des enfants réfugiés fréquentent une école secondaire, alors que c’est le cas de 84% des enfants dans le monde.

S’agissant de l’enseignement supérieur, on ne parle plus d’écart mais bien de fossé. Au niveau mondial, le taux d’inscription dans l’enseignement supérieur frôle le 37% mais à peine 1% des personnes réfugiées ont cette chance – et ce pourcentage n’a pas changé depuis trois ans.

Retrouver un sentiment de normalité

« L’école est le lieu où, pour la première fois depuis des mois, voire des années, les enfants réfugiés peuvent retrouver un sentiment de normalité », ajoute Filippo Grandi. « Si la tendance actuelle se poursuit, et faute d’investissements urgents dans ce domaine, des centaines de milliers d’enfants viendront s’ajouter à ces inquiétantes statistiques », insiste-t-il.

Le rapport souligne les progrès enregistrés par les pays qui se sont engagés, via la Déclaration de New York pour les réfugiés et les migrants, à inscrire à l’école 500.000 enfants réfugiés auparavant déscolarisés.

Parallèlement, le rapport demande aussi davantage d’actions pour faire en sorte que tous les réfugiés obtiennent l’éducation de qualité qu’ils méritent. Ainsi, il exhorte les pays d’accueil à permettre l’inscription des enfants réfugiés dans leur système national. Il plaide aussi pour le renforcement des partenariats avec le secteur privé, avec les organisations humanitaire ou d’aide au développement, ainsi qu’avec les gouvernements.