Législatives 2018 au Liban

le Hezbollah grand vainqueur
le Hezbollah et ses proches alliés obtiennent 40 sièges au moins, le courant du Futur grand perdant, le CPL aussi, à l’avantage des FL
Des médias libanais ont dévoilé les résultats presque définitifs mais pas encore officiels du scrutin législatif de ce dimanche 6 mai 2018, le premier suivant le scrutin proportionnel. Alors que les résultats officiels devraient être publiés dans les heures qui suivent, les chiffres donnés. Concernant le Hezbollah, 12 de ses 13 candidats l’ont emporté dans plusieurs circonscriptions, dont celles de la Békaa 1 et Békaa-3 ainsi que dans celles de Beyrouth-2, du Sud-2 et Sud-3, sans oublier celle de Baabda. Le candidat perdant est Hussein Zoaayter qui n’a pas et élu dans la circonscription Mont-Liban-1 qui comprend Jbeil-Kesrouan. Les alliés du Hezbollah :
Les 15 alliés du Hezbollah dans le mouvement Amal, avec lesquels il avaient fait une liste commune baptisée Espoir et Fidélité dans la plupart des circonscriptions, ont tous été élus. Parmi ses membres gagnants figure l’ancien chef de la Sureté générale Jamil As-Sayed, lequel avait été emprisonné dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat de l’ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri, avant d’être relaxé, faute de preuves.
D’autres alliés du Hezbollah appartenant à d’autres formations politiques libanaises ont eux aussi accédé à la tribune parlementaire : le courant des Marada dont la liste baptisée « Ensemble pour le nord » a remporté 4 sièges pour la circonscription Nord-3. Le parti syrien national social, proche de la Résistance a obtenu trois sièges. Dans la Békaa-2 (Békaa de l’ouest et Rachaya) , sur les 5 sièges qui lui reviennent , 3 sont désormais occupés par des alliés du Hezbollah . Ils appartiennent à la liste Al-Gad Al-Afdal qui compte un sunnite, un druze et un maronite. A Saïda dans la circonscription Sud-1, le candidat du mouvement nassérien Oussama Saad et grand allié du Hezbollah l’a emporté aussi. Signe du changement radical dans cette échéance électorale 2018 qui fera parler de lui pendant longtemps, dans cette ville fief du courant du Futur, seule la soeur de son chef Saad Hariri, Mme Bahia Hariri l’a emporté.
Le courant du Futur, grand perdant. En effet, le courant du Futur est le grand perdant de ces élections, la communauté sunnite libanaise dont il ne monopolise plus la représentation lui ayant manifestement échappé. Il a perdu quelque 10 députés par rapport au scrutin de 2009. Sa perte de vitesse est perceptible aussi bien dans la circonscription de Beyrouth-2 où il n’a conquis que 6 sièges sur les 10. Les quatre autres reviennent à la liste Amal-Fidélité qui compte le leader du mouvement sunnite Al-Ahbach. Alors que le 10ème a été conquis Fouad Makhzoumi, homme d’affaires. Cause directe de ce revers dans cette circonscription: le taux de participation n’a pas dépassé les 40%. Il en est de même dans la circonscription Nord-2 qui compte la ville de Tripoli où le parti de Najib Mikati lui a raflé quatre sièges, tandis que deux alliés sunnites du Hezbollah Fayçal Karameh et Jihad al-Samad ont obtenu deux sièges.
Le CPL en perte de vitesse… les FL en hausse Même constat pour le courant patriotique libre, dans le camp des Chrétiens : les observateurs sont unanimes pour conclure que le CPL qui a remporté 20 sièges est quand même le grand perdant de ce scrutin à l’avantage du parti des Forces libanaises qui en a obtenu 15 cette fois-ci, c’est-à-dire 7 de plus par rapport à 2009. Ils sont distribués dans 13 circonscriptions. Le parti des Marada aussi dirigé a raflé des sièges au CPL dansle nord. Du côté des Druzes, le parti socialiste progressiste de son chef Walid Joumblat qui a cette fois-ci porté son fils comme candidat l’a remporté quant à lui la main haute, en raflant 9 des dix sièges de la circonscription Mont-Liban-4 (Chouf et Aley). Le 10ème étant revenu à son rival Talal Arselane.
Le PSP, haut la main : Ce scrutin législatif, le premier selon le scrutin proportionnel a été marqué par un taux de participation en déça des attentes: 49,20% selon le ministère de l’intérieur. Il était de l’ordre de 54% en 2009. Il a été le plus bas dans la circonscription Beyrouth.