Accord nucléaire : l’avertissement de l’Iran un an après le retrait américain

L’Iran donne 60 jours aux pays encore signataires de l’accord sur le nucléaire pour mettre en oeuvre leurs promesses dans le secteur pétrolier et bancaire.

« Un effondrement, un échec, de l’accord serait dangereux pour l’Iran et le monde » a ajouté le président iranien Hassan Rohani dans une déclaration télévisée.

Il a aussi expliqué qu’au bout des 60 jours, si rien n’était fait, son pays ne se plierait plus à l’accord et recommencerait à enrichir de l’uranium, tout en déclarant qu’il ne vendrait pas cet uranium enrichi et ses eaux lourdes à d’autres pays. Il l’a fait savoir par courrier envoyé aux ambassadeurs allemand, français, britannique, russe et chinois.

Hassan Rohani a aussi fait comprendre clairement qu’il était prêt pour de nouvelles négociations sur le nucléaire, et qu’il « répondrait fermement » si l’affaire devait passer devant le conseil de sécurité de l’ONU.